Quelle sorcière je suis ?


« Autoportrait » © La Mouette & Le Choucas - Tous droits réservés

« Je suis une sorcière. »

Déjà, de base, c’est parfois dur à dire !


On est nombreuse à se cacher derrière le terme anglais « witch » comme si le fait de prononcer le mot dans notre langue maternelle était encore dur à assumer, comme s’il enlevait tout artifice et nous mettait à nue.


Il faut dire que le terme « sorcière » a été pas mal détourné et l’image qu’il véhicule n’est pas toujours des plus gratifiante… (Voir mon précédent article ici).

Dire « Je suis une sorcière » c’est encore aujourd'hui une prise de pouvoir.



Personnellement je penche davantage pour une vision de la sorcière plus inclusive.

Pour moi la Femme est par nature dotée d’un potentiel créatif infini : elle peut choisir ou non de donner la Vie; et elle est reliée à la Terre : elle est cyclique et son corps accueille les saisons.

Le fait d’accueillir pleinement ces éléments et de les mettre en lien avec la Nature fait de nous des sorcières.


Je suis persuadée que si l’on ne naît pas sorcière, on peut le devenir. On peut développer des aptitudes dans certains domaines, on peut choisir de s’assumer et d’apprendre à se connaître, on peut travailler son intuition…

On peut aussi choisir de ne pas avoir de mentor ou de coven (groupe de pratique) et de pratiquer seule en étant sa propre source d’inspiration au quotidien.

De nature introvertie j’ai toujours eu besoin de moment seule, de temps de concentration et d’introspection pour me ressourcer, prendre mon souffle, et repartir de plus belle (D’ailleurs ce n’est pas un hasard si cela fait des semaines que Julien mon amoureux me dit « Tu ne voulais pas finir ton article sur la sorcellerie ? » et que c’est ce soir, parce tout le monde s’est endormi tôt, que je me suis enfin posée seule pour l’écrire…).


Alors quand on m’a parlé de femmes qui organisaient des rituels récurrents, rythmés par les saisons, par la Lune, par la Nature dans son ensemble, cela a tout de suite résonné en moi.


Pour moi, la sorcellerie c’est un ensemble regroupant des pratiques liées à la Nature, à l’instinct et à l’introspection. C’est le fait d’être à l’écoute de toute chose et de voir un potentiel magique et inspirant dans des élément de notre quotidien.

Par où j’ai commencé ?


Me concernant il n’y a pas eu de réel point de départ.

Ma maman a toujours eu un lien incroyable avec le monde du vivant et a su m’y sensibiliser. Je l’ai toujours vu écouter chanter les arbres dans le vent avec délice et développer des liens incroyable avec toutes sortes d’animaux. Elle voit de la beauté dans la Nature qui est à sa porte là où nous sommes nombreux à avoir besoin d’éloignement pour constater que le Monde est beau.

Quelle meilleure école pour commencer à aimer la Terre lorsqu’on est jeune ?


Et puis la vie à fait le reste !

Pour mieux vivre les étapes de la vie j’ai toujours eu besoin de temps calme, seule, et la Nature et les symboles représentent pour moi un soutien dans mon quotidien.

Pendant plusieurs année j’ai subi mes émotions changeantes et ma sensibilité par manque de connaissance de moi-même. Le fait d’avoir ouvert la porte sur un monde où tout n’est que ressenti, émotion et changement m’a permis de faire de cette sensibilité une force.



Côté « pratique » j’ai d’abord commencé à célébrer les Sabbats :


Il ne s’agit pas là de messes noires mais de fêtes païennes lors des solstices et des équinoxes (saisons et inter-saison) qui, pour la plupart, sont en fait les ancêtres de nos fêtes chrétiennes actuelles.

Il existe 8 sabbats qui sont représentés sur la Roue de l’Année. Étant athée je me sens bien plus en accord avec ces célébrations et j’ai aussi remarqué que le fait de célébrer les saisons me permets de mieux vivre le changement, l’apparition du froid ou des longues journées estivales etc…


« La Lune en moi » © La Mouette & Le Choucas - Tous droits réservés

M’étant déjà plongée dans les thèmes du féminin sacré et du féminin sauvage, j’ai ensuite commencé à célébrer et accueillir les Pleine Lune (que l’on appelle les Esbats):


(Vous saviez que l’on relie souvent la Femme à l’astre lunaire ? Cela fera l’objet d’un prochain article !)

À chaque cycle lunaire j’aime écouter des podcasts ou lire des articles qui explique ce qui unit et relie la Femme et la Lune et qui m’invitent à explorer une nouvelle part de ma personnalité.

En général je fais un petit rituel en soirée (parfois j’en ai aucune envie alors je ne me force pas !).

Les esbats sont donc liés à la Lune et les sabbats sont des fêtes solaires.

Les rituels


Mes rituels n’ont rien de religieux, je ne récite pas de prière mais j’allume quelques bougies pour créer un environnement calme et apaisant et je brûle un peu d’encens ou de sauge.

En fonction de mon énergie et toujours de mon envie, je médite (en musique ou en silence), j’écris dans mon livre, je dessine, je réfléchis, je participe à un cercle de femmes… Parfois tout à la fois !

Le but étant toujours de m’offrir un moment privilégier avec moi-même pour me recentrer.

Je finis presque tout le temps en tirant une carte de mon oracle préféré du moment et je pose ensuite mes intentions pour la suite.


J’aime beaucoup le fait de tirer une carte car dans ma pratique, cela n’a rien de divinatoire : j’utilise mon oracle comme un outils de développement personnel dont le message (toujours positif) m’invite à me pencher sur un aspect en particulier de ma personnalité.

Quelle sorcière je suis ?

Qui suis-je pour m’auto-proclamer sorcière ?


Je me considère comme une sorcière éclectique.

J’aime piocher dans plusieurs domaines et pratiques car je suis curieuse de tout. J’explore et je mélange mes inspirations.


Certaines sorcières sont attirées par la cartomancie, d’autres par l’herboristerie...

Le principal étant selon moi d’apprendre à s’écouter.

Vous avez toujours été attirée par la beauté des pierres ? D’accord, mais peut-être que la lithothérapie (le pouvoir des pierres) ne vous intéressera pas pour autant.

En fait, dès qu’une pratique me semble farfelue ou ne pas coller à ce que je suis, je laisse.

C’est pour cela que je vais adorer certains livres de sorcellerie tout en sautant certains chapitres !

Prendre ce dont on a besoin et laisser le reste, tout en le respectant.

Voici mes maitres-mots en la matière.


J’ai créé mes rituels pour trouver des temps pour moi, faire des pauses, mieux me reconnecter à la Nature même en vivant en appartement et en ville...

Mon but ? Ramener du sacré dans mon quotidien.

Comme je l’écrivais dans mon article précédent, il faut remplir son chaudron comme on nourrirait son esprit libre. Je n’ai donc pas besoin de mentor ou de maître spirituel et je suis même du genre à fuir celles et ceux qui s’en approchent.

J’aime tout particulièrement le fait de créer mes propres rituels et je vous encourage à en faire autant, avec ce que vous avez sous la main. Nul besoin d’acheter une multitude chose.

Laisser parler sa créativité et créer ses propres symboles, sa propre magie favorise la confiance en soi et nous montre chaque jour que l’on est capable de créer.

Et puis apprendre à s’aider soi-même ça n’a pas de prix !


Ce qui est important c’est d’être sincère dans nos pratiques et notre démarche de connaissance de Soi.

Certaines diront qu’il s’agit d’une mode et que ce n’est pas un hasard si l’on voit fleurir un peu partout des sorcières depuis quelques temps.

À cela je répondrais : Pourquoi d’après vous ?

Il y a des modes qui nous sont plus profitables que d’autres.

Selon moi cette émergence n’est pas le fruit du hasard et cet élan est sûrement dû au fait que de nombreuses femmes ressentent un besoin quasi vital de se reconnecter au monde du vivant, à la Nature dans son ensemble.

De cette façon, il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon d’être une sorcière. Il suffit d’être à l’écoute la Terre et de soi-même.

On peut laisser entrer la Nature dans notre quotidien de multiples façons, où du moins, à son image, suivre le rythme des saisons.

Personnellement c’est une mouvance collective à laquelle j’ai envie de participer.



Voila que cet article touche à sa fin.

J’espère que j’aurais su attirer votre attention ou du moins que j’ai attisé votre curiosité…

…Ou peut être que vous trouvez maintenant tout ça bien farfelu et que vous haussez les yeux au ciel ! Si c’est le cas je vous souhaite alors d’y percevoir les étoiles et la Lune.

 

Finalement, la créativité c’est de la magie, il ne faut pas non plus l’examiner de trop prêt. ;)


55 vues
  • Icône Facebook noire
  • Icône Instagram noire
  • Noir Icône YouTube

Photographie accueil : Andréa Malterre

© 2019 par Simple & Nature | Tous Droits Réservés

  • Icône Facebook noire
  • Icône Instagram noire
  • Noir Icône YouTube