La Roue de l'année


Ma Roue de l’année (en vente sur notre boutique Etsy)

Voici un billet que j’ai commencé il y a un moment et que je n’arrivais pas à finir par manque de temps.


Beaucoup de personnes me questionnaient alors je me suis motivée pour le reprendre aujourd’hui et approfondir ce thème qu’est la sorcellerie, qui intéresse de plus en plus de monde apparemment.


Initialement je voulais faire un post sur la Roue de l’année et sur les 8 sabbats mais il y a tant à dire sur chacun d’entre eux que je ferai par la suite un article pour chaque fête, pour t’en parler plus en détail.



La Roue de l'année


Tu l’as sûrement déjà remarqué, la Roue de l’année et les célébrations qui l’accompagnent (sabbats) ont une place très importante en sorcellerie moderne et chez les païens de manière générale.

La Roue de l’année est le nom du cycle annuel des saisons. Il s’agit d’un cycle, le temps y est représenté de façon circulaire et la Roue représente un recommencement perpétuel.

Depuis des siècles, cette roue rythme l’année de chaque personne qui se sent intimement lié à la Nature.

Voir les années qui passent comme étant un recommencement perpétuel nous apporte une vision de la vie et de la mort complètement différente (et souvent bien plus apaisée).


Aujourd’hui beaucoup de personnes de tout âges se penchent à nouveau vers la célébration de ces sabbats dans le but de se reconnecter à leur environnement et aux différentes énergies du corps.

En effet dans nos sociétés modernes, le travail et le rythme qui s’impose souvent à nous tendent à nous déconnecter du Monde du vivant et de nos ressentis. Hors, il est tout à fait normal que notre énergie varient en fonction des saisons, de la luminosité ou des différents cycles que l’on traverse.



Alors qu’est-ce-que les « sabbats » ?

Les sabbats sont des fêtes païennes ayant pour origines les célébrations celtiques et germaniques pré-chrétiennes (actuelles Irlande, Écosse, Pays de Galles, Bretagne et Europe du nord). Ils sont aujourd’hui célébrés, entre autres, par ceux qui pratiquent la sorcellerie et par les athées en quête de célébrations qui ne soient pas basées sur le calendrier chrétien.


Ils existe donc 8 sabbats qui composent à eux-mêmes la Roue de l’année.


Ces célébrations reposent sur d'anciennes fêtes païennes associées à l’agriculture et à la vie paysanne.

Elles célèbrent les changements de saison, et le rythme qu'elles imposaient aux récoltes.


À l’époque, l’Église ne s’était pas encore appropriée ces festivités et la clémence de Mère Nature était alors glorifiée lors des réjouissances.

La plupart de ces célébrations sont donc les ancêtres des fêtes chrétiennes d’aujourd’hui.

Les sabbats sont inspirés par le cycle de la Nature et le cycle solaire (contrairement aux Esbats dont je vous parlerai une prochaine fois et qui sont liés à l’astre lunaire).

Il existe deux types de sabbats :


  • Les sabbats majeurs qui sont d’anciennes fêtes celtes qui célébraient des étapes importantes de l’année. Parmi eux on retrouve : Samhain, Imbolc, Beltane et Lughnasadh.


  • Les sabbats mineurs, qui célèbrent le cycle des saisons rythmées par les équinoxes et les solstices. Parmi eux : Mabon, Yule, Ostara et Litha.


La célébration des sabbats est d’autant plus forte car au même moment et à travers le monde, des milliers de pratiquants célèbrent le même évènement. Et même s’il existe autant de façon de célébrer une même fête que de personnes, l’essence des sabbats reste le même : il s’agit d’honorer la force de la Nature, de ses changements et du cycle de la vie et de la mort qui rythment notre année.



Les différents sabbats


SAMHAIN (entre le 31 octobre et le 1er novembre)

Samhain qui se prononce « So-ouine » correspond à peu près au Halloween ou à la Toussaint (veillée au morts) que l’on connait aujourd’hui.

Il s’agit de la fête la plus importante de la Roue de l’année, c’est un peu le « Nouvel an » des sorcières.

YULE (entre le 21 et le 23 décembre)

Ancêtre de Noël, Yule est la grande fête de l’hiver. En effet ce sabbat correspond au solstice d’hiver qui est la plus longue nuit de l’année. À partir du lendemain, la lumière reprendra progressivement de la place dans les journées.


IMBOLC (le 1er ou 2 février)

Imbolc célèbre le milieu de l’hiver et les premiers signes du retour du printemps.

Comme la plupart des sabbats, cette fête a été reprise par les Chrétiens qui l’ont appelé la Chandeleur.

Ostara (entre le 20 et le 21 mars)

Ostara marque le début du printemps ! La durée du jour et de la nuit est a ce moment équivalente. L’arrivée tant attendue des premiers bourgeons et de la verdure. On célèbre la sortie de la période sombre (initiée au sabbat de Mabon) et le retour de la lumière.

L’arrivée du christianisme a vu Ostara se transformer en Pâques.


BELTANE (le 31 avril ou le 1er mai)

Beltane est la fête de la fertilité par excellence, de l’exubérance... on y honore la vie en plein cœur du printemps.

Dans le passé, on célébrait la saison de tous les possibles lors d’une fête pleine de joie, d’énergie et de musiques.


LITHA (entre le 21 et le 22 juin)

Litha correspond au solstice d’été, la journée est alors la plus longue de l’année et la nuit la plus courte. On y célèbre le Soleil !

Litha annonce les jours qui vont commencer doucement à se raccourcir et nous amener à l’hiver.

Cette fête a été remplacée par les « Feux de la Saint Jean » chez les chrétiens.


LUGHNASADH (1er août)

Ce sabbat est aussi connu sous le nom de « Lammas » et beaucoup de néo-paiens utilisent ce nom (peut être parce qu’il est plus simple à écrire).

Lughnasadh qui se prononce « Lounasa » marque la première période des moissons (récolte du blé).


MABON (21 septembre)

Mabon, qui se prononce « May-bone », correspond à l’équinoxe d’automne, où nuit et jour sont de durées égales.

C’est donc un moment d’équilibre parfait et d’harmonie. Mabon marque la dernière moisson de l’année.



Voici en avant-goût une infime partie de l’histoire de ces 8 sabbats aux origines et influences diverses.

Avec l’influence de l’Eglise, beaucoup de fêtes païennes ont été christianisées et remplacées par des fêtes chrétienne. Les célébrations d’origine ont été interdites et considérées comme des fêtes démoniaques... Pourtant à l’origine c’était la Nature qui était au centre de l’attention, des préoccupations et des festivités.

La roue de l’année permet de se reconnecter aux éléments de la Nature, de prendre le temps de s’écouter, de se comprendre. Toutefois il est important de se rappeler qu’il faut suivre ses envies et ses besoins car il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises pratiques.

Finalement, le plus important est de s’approprier les diverses informations pour créer nous-mêmes nos traditions.


Je consacrerai aux sabbats une série d’articles permettant de te faire connaître plus en détails leur histoire, leurs rituels associés, leurs significations et leurs correspondances. Il y a tant à dire !



N’hésite pas à aller faire un tour sur notre boutique Etsy où je propose une illustration de la Roue de l’année fait par mes soins.



Suivre la roue de l’année et célébrer les Sabbats c'est se mettre en harmonie avec le cycle des saisons. Car comme la Nature, nous changeons et nous fleurissons.
  • Icône Facebook noire
  • Icône Instagram noire
  • Noir Icône YouTube

Photographie accueil : Andréa Malterre

© 2019 par Simple & Nature | Tous Droits Réservés

  • Icône Facebook noire
  • Icône Instagram noire
  • Noir Icône YouTube